Protéine du lait associée aux maladies

Les protéines

Infos sur les protéines et sur les aliments protéinés

Le lait se compose de trois parties: le gras ou crème, le sérum et les solides lactés.

Protéines du lait associées à des maladies

Le problème est représenté par les solides lactés composés par plusieurs protéines, en plus du lactose et d’autres sucres, d’après le Docteur Woodford, professeur de Gestion des Fermes et de Business Agricole a l'Université Lincoln en Nouvelle-Zélande. Une de ces protéines est la béta-caséine.

Les protéines sont de longues chaînes d’acides aminés avec beaucoup de branches qui sortent de la chaîne principale. La béta-caséine est une chaîne de 229 acides aminés et la proline se trouve au numéro 67, au moins dans les vaches anciennes, appelées A2 et qui incluent les vaches Guernsey, Jersey, asiatiques et africaines. Les vaches avec béta-caséine mutée sont les vaches A1, historiquement plus récentes que les Holstein et les Friesian.

La chaîne provenant de cette histidine est un fragment de protéine connu comme béta-casomorphine-7 (BCM 7). Les effets négatifs de ce fragment peuvent être dévastateurs pourvu qu’il s’agit d’un opiacé, d'un narcotique et d'un oxydant.

Maladies provoquées par la protéine béta-casomorphine-7

Après des recherches sur les personnes et les animaux, Woodford a expliqué que la protéine béta-casomorphine-7 est associée à l'intolérance au lait et à d’autres maladies auto-immunes comme le diabète de type 1, qui apparaît normalement pendant l’enfance ou la puberté. Dans le cas du diabète du type 1 le corps détruit ses propres cellules d’insuline.

La protéine béta-casomorphine est la cause de la détérioration neurologique chez les animaux et les personnes, surtout auprès des sujets avec autisme et schizophrénie. Cela intervient dans la réponse immunitaire. Il a été prouvé que l’application de cette protéine peut provoquer le diabète du type 1 chez les animaux. La protéine béta-casomorphine provoque une inflammation des voies sanguines et s’associe de façon sélective aux cellules épithéliales dans des membranes muqueuses comme le nez et la gorge, où elles peuvent stimuler les secrétions des muqueuses.

Lait de vache du type A2 et A1

Les protéines du lait dépendent du type de vache

Il y a une différence entre la protéine humaine béta-caséine et celle qui est produite par les vaches du type A1. La béta-caséine chez les humains est similaire à celles produite par les vaches du type A2. Cela signifie que le lait humain libère moins béta-casomorphine que le lait A1. Des chercheurs de la Nouvelle-Zélande ont fait des tests avec le lait humain en découvrant que le contenu de protéine béta-casomorphina-7 était inférieur d'1% par rapport au lait de vache A1. Cela veut dire que les effets narcotiques pour alimenter les bébés sont inférieurs par rapport aux effets produits par le lait A1.

Comment la protéine béta-casomorphine-7, agit-elle?

Quand cette protéine se libère dans l'intestin, il pourrait se passer qu’elle ne puisse pas traverser la paroi intestinale et passer au flux sanguin parce qu’il s’agit d’une molécule assez grande. Cela peut se passer chez les personnes avec des fuites intestinales. Le docteur Woodford explique qu’on peut avoir une augmentation de ces protéines dans les urines. Il est évident que les personnes qui souffrent d’ulcères à l’estomac ou de maladies céliaques pas traitées peuvent absorber de cette façon la protéine béta-casomorphine-7. Les bébés peuvent l’absorber parce que leurs parois intestinales permettent le passage de grandes molécules au flux sanguin.

Les protéines du lait maternel sont les plus recommandées pour alimenter un nouveau-né

Les nouveaux-nés sont plus sensible aux effets de la protéine béta-casomorphine-7, donc les produits lactés enfantins de formule A1 sont le pire choix. Les opioïdes comme la béta-casomorphine-7 réduisent le passage à travers le trait digestif, comme l’explique le Dr. Woodford. Pour cette raison les nouveaux-nés nourris avec des produits à base de lait de vache et pas avec le lait maternel sont plus sujets à des fissures anales et aux grippes.

Selon Woodford, une exposition précoce et prolongée à la protéine béta-casomorphine-7 due à l’assomption d’aliments peut augmenter la probabilité de souffrir d’autisme et de syndrome d’Asperger. Pour cette raison, on encourage la recherche sur ce thème. Jusqu’à la fin de la recherche, on conseille aux mères de donner son lait aux bébés le plus longtemps possible et d’utiliser des succédanés du lait maternel à base de lait de vache du type A2.

Les raisons de la mutation produite par la béta-casomorphine-7 sont encore inconnues. Le gène de la béta-caséine A1 s'étend rapidement dans les pays occidentaux.

Produits faits avec lait de vache A2 et alternatives.

On ne sait pas si la protéine béta-casomorphine-7 peut être un problème dans les fromages, les glaces, le yaourt, le lait et d’autres produits lactés. En France on n’accepte pas l’A1 comme race de vache et les fromages français sont produits avec le lait A2. Aux États-Unis il n’existe qu’une ferme de laitages de vaches A2 dans le Nebraska Firth.

On ne connaît pas les effets de la protéine béta-casomorphine-7 dans d'autres laitages

L’absorption de cette protéine est inférieure chez les personnes avec des traits digestifs sains. Maintenir un bon état de santé digestive est donc être une priorité pour ceux qui boivent du lait dans des pays avec des vaches A1. Le lait de chèvre, un lait du type A2, est une bonne alternative.

Rating: 4.6/5 (25 votes)

Articles en relation avec Protéine du lait associée aux maladies