Protéinurie et risque d'embolie

Les protéines

Infos sur les protéines et sur les aliments protéinés

Protéines dans les urines.

Des récentes recherches nous suggèrent que des hauts taux d’une protéine dans les urines sont associés à l’apparition de caillots de sang dans les veines ou dans les poumons (thromboembolisme veineux ou TEV). Le type de protéines dans les urines associé à cette infection est l'albumine.

L'incidence globale de thromboembolisme veineux dans les pays développés est de près de 0,15% par an, à partir de moins de 0,005% chez les mineurs de 15 ans et jusqu’à 0,5% chez les plus de 80 ans.

Des facteurs de risque incluent l’extase, un ralentissement du flux normal du sang et des changements dans la composition du sang. Dans 50% des cas de thromboembolisme veineux, aucun parmi ces facteurs de risque n’est présent, selon les infos précédentes à la recherche.

L'excès de cette protéine dans les urines (l'albumine), connu comme microalbuminurie (entre 30 et 300 mg d'albumine sur 24h), est associé aux changements des niveaux de plusieurs protéines de coagulation. L'effet des problèmes de la coagulation est plus évident dans le développement du TEV que du thromboembolisme artériel (formation de caillots de sang dans le système artériel). “Théoriquement, il peut exister une relation entre la microalbuminurie et le TEV, même si les recherche sur ce sujet continuent encore” affirment les auteurs.

Analyses de protéines dans les urines et sa relation avec l'embolie

Bakhtawar K. Mahmoodi du Centre Médical de l'Université de Groningen et ses collègues ont réalisé une étude pour évaluer si la microalbuminurie est associée au TEV. La recherche, commencée en 1997, a été réalisée sur les habitants de Groningen (Pays-Bas) entre 28 et 75 ans en leur envoyant un questionnaire par la poste et une bandelette pour recueillir un échantillon d’urine pour mesurer la concentration d'albumine. Parmi ceux qui ont répondu (40.856), ils n’ont analysé que ceux qui appartenaient à un groupe (8592) tenant en compte les participants avec les taux plus élevés d’albumine dans les urines. Comme résultat de l'analyse ils ont regroupé les données sur l'albumine et la relation du pourcentage de ce type de protéine dans les urines avec le risque de souffrir maladies cardiovasculaires et rénales.

Des 8.574 participants (âge moyenne de 49 ans dont 50% hommes), 129 parmi eux ont développé au moins 1 TEV pendant la période d’observation de 8,6 ans, qui corresponde à une incidence de 0,14%, par rapport à 0,12% des participants avec moins de 15 mg/24h d’excrétion urinaire d'albumine à 0,56% des participants avec excrétion urinaire d'albumine supérieure de 300 mg/24h. Ces incidences annuelles ont été 0,40% avec excès de cette protéine dans les urines par rapport à 0,12% des participants avec des taux normales d'albumine dans les urines (excrétion urinaire d'albumine inférieure à 30mg/24h).

Dans les 8 années qui suivirent, 3% des participants avec excès d'albumine et 1% des participants avec des taux normales de cette protéine dans les urines développèrent le TEV. Le plus commun a été le TEV avant thrombose veineuse profonde (57% un caillot de sang dans une veine profonde dans un muscle ou une jambe) suivi par l’embolie pulmonaire (34% un caillot de sang dans une voie sanguine des poumons) et 9% fut sujet aux deux.

“Les taux élevés d'albumine dans les urines sont communs chez la population générale (7,2%). Cela veut dire que dans beaucoup de gens le niveau élevé de cette protéine dans les urines peut représenter un facteur important de risque de TEV. En plus, la microalbuminurie peut être traitée avec des médicaments anticoagulants. Il faut réaliser encore de nouvelles recherches pour évaluer l’effet de ces médicaments sur le risque de souffrir de TEV”.

L’étude sur la relation entre la protéine albumine dans les urines et l'embolie a été publiée sur la revue scientifique JAMA.

Rating: 4.8/5 (5 votes)

Articles en relation avec Protéinurie et risque d'embolie