Protéine pour traiter la dépression

Les protéines

Infos sur les protéines et sur les aliments protéinés

La protéine du cerveau appelée p11 pourrait permettre aux industries pharmaceutiques de développer des médicaments contre la dépression qui commenceront, à faire effet après quelques heures ou jours au lieu d’attendre des semaines ou des mois, comme le cas des médicaments d’aujourd’hui.

La protéine p11 est strictement liée à la dépression, selon les données d’une récente recherche

C’est ce que dit la recherche réalisée par le prix Nobel Paul Greengard, directeur médique du Centre de Recherche du Parkinson Michael Stern de l'Université Rockefeller et par le Docteur Jennifer L. Warner-Schmidt de New York et ses collègues suédois.

Dans cette étude, la protéine p11 se consolide comme facteur clé de la vulnérabilité de la dépression en démontrant que la protéine p11 active un récepteur de sérotonine dans le cerveau connu pour la production d’une réponse antidépressive rapide.

"L'action rapide des antidépresseurs est un besoin clinique" a souligné Greengard. "Comprendre les mécanismes cellulaires subjacents aux actions thérapeutiques de ces médicaments peut nous porter à des meilleurs traitements pour la dépressionavec moins d’effets secondaires". Certains experts affirment que beaucoup de personnes souffrant d'une maladie dépressive ne suivent pas le traitement. Si les antidépresseurs disponibles agissent plus rapidement, ces gens suivront ce traitement.

 La protéine p11 permettra de développer des meilleurs antidépresseursGreengard, avec un Prix Nobel en Physiologie et Médecine en 2000, a aidé à établir l’importance de la protéine p11 pour régler la signalisation au cerveau par le neurotransmetteur sérotonine, pour beaucoup de temps lié aux états d’âme. Les scientifiques du centre de recherche du Parkinson Michael Stern ont commencé à étudier la protéine p11, parce que le système de la sérotonine, fondamentale pour la dépression, est lié à la dopamine dans Parkinson.

Le but de la fondation pour la recherche du Parkinson Michael Stern est un monde sans le morbe de Parkinson. Pour franchir ce but et en étant conscients qu’il s’agit de la maladie neurologique plus étendue après l'Alzheimer, la fondation a comme mission la recherche scientifique de médicaments qui puissent retarder Parkinson, en réduire la gravité des symptômes, obtenir un meilleur traitement et tout ce qui est lié à la recherche des maladies neurologiques qui peuvent amener à un traitement et à une meilleure formation de professionnels de la santé pour améliorer la vie des patients et des familles.

L’étude sur les effets antidépresseurs de la protéine p11 a été publiée sur The Journal Of Neuroscience avec le title "Role of p11 in Cellular and Behavioral Effects of 5-HT4 Receptor Stimulation"

Rating: 4.6/5 (12 votes)

Articles en relation avec Protéine pour traiter la dépression